Virée en Champagne, Côtes de Provence et augmentation des coûts de transport

Augmentation des coûts logistiques
Après les augmentations tarifaires décidées par les maisons et vignerons, à la fois en Champagne et en vins, à cause des dernières mauvaises récoltes, la flambée des prix continuent avec une première vague d’augmentations tarifaires dues aux taxes carburant.
Le transporteur que j’utilise pour envoyer en France et en Europe m’annonce une augmentation des 5% à compter du 1er Mai, un fournisseur de bouteilles m’annonce également une augmentation des coûts d’acheminement.
Ainsi les champagnes La Borderie et René Geoffroy prennent 30 centimes HT d’augmentation,
Plus globalement, je suis en pleine réflexion pour « amortir » ces augmentations du gazole et n’exclue pas une augmentation de quelques dizaines de centimes par bouteille ou de placer plus haut le franco de livraison sur Paris pour compenser.

Prochaine virée en Champagne cette semaine
Malgré ces augmentations tarifaires, le champagne suit sa progression de 2021 (année record de vente de champagne avec plus de 330 millions de col) et de fait il y a encore des tensions sur les stocks, chez certaines maisons (Roederer, Philipponnat, Drappier), ce n’est toujours pas revenu à la normale, chez d’autres (Krug, Dom-Pérignon), c’est en rupture « momentanée ou pas ».
Cela est en partie du à 2 mauvaises récoltes (2020 et 2021), de fait, même chez les vignerons, je passe sous allocation annuelle. Comme par exemple le champagne Gimonnet-Gonet (disponible en Juin), où presque toute mon allocation est réservée avant même la sortie des bouteilles. Chez ce vigneron, je ne vais avoir que quelques cartons d’extra-brut, rosé et parcellaires millésimés jusque MAI 2023!
De ce fait, je repars en Champagne cette semaine pour aller rechercher de nouveaux vignerons de substitution, je reviendrai avec le vigneron Pierre Callot, situé à Avize, et propose 2 gammes « blancs de blancs grand cru » et « assemblage très peu dosé, voir brut nature », je ne connais pas toutes les cuvées, donc je vous en dirai plus lors d’un prochain mail.
Cette raréfaction de stock est encore plus flagrante en Bourgognes et je me demande ce que je vais bien pouvoir proposer en tarifs raisonnables à la rentrée, surtout en blanc, mais les rouges ne dérogeront pas à la règle.
Il me reste encore quelques appellations villages 2018/2019 en rouge chez Machard de Gramont, quelques Meursault blancs 2020 de chez Pascal Pouhin et quelques promotions intéressantes chez Albert Bichot

Les Côtes de Provence de Peyrassol
Les beaux jours arrivent et le rosé de Provence également! Depuis plus d’un an je travaille avec Peyrassol, ce domaine produit une gamme assez large de rosés et j’ai sélectionné 3 cuvées, issus uniquement de leur vigne, car le domaine achète aussi du raisin chez ses voisins provençaux.
N’étant pas un consommateur de rosé de Provence, j’ai un coup de cœur pour la toute nouvelle cuvée La Bastide, sortie l’année dernière. Cette cuvée présente un joli fruit mais propose également une belle « nervosité chablisienne » qui tranche avec les rosé de Provence trop ronds à mon goût! La cuvée « Le Clos » est dans cette trame « grasse » mais reste digeste et la cuvée emblématique Château Peyrassol est le parfait équilibre entre le Clos et la Bastide.
Je propose tout de même un rosé de leur négoce premier prix #Lou et le château La Bernarde rosé BIO que Peyrassol a acheté dernièrement pour être destiné à terme à produire de grands vins rouges de Provence BIO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.