Visite chez les champagnes Salon & Delamotte au Mesnil-sur-Oger

Maison Salon au Mesnil-sur-Oger
Maison Salon au Mesnil-sur-Oger

Lundi 7 Novembre 2016, j’ai eu l’immense chance d’avoir la possibilité de visiter au Mesnil-sur-Oger les maisons de champagne Salon et Delamotte. Ces 2 maisons de Champagne sont attenantes, jumelées et appartiennent à la maison de champagne Laurent-Perrier. J’ai surtout visité la maison de champagne Salon car les locaux historiques de la maison Delamotte sont maintenant des bureaux. Toutes les bouteilles du champagne Delamotte sont entreposées chez Laurent-Perrier à Tours-sur-Marne. Les vins des champagnes Salon font aussi un passage à Tours-sur-Marne jusqu’à la mise en bouteille où elles reviennent pour le vieilliessement sur lie.

Champagne Delamotte créé en 1760, maintenant les bureaux des 2 maisons
Champagne Delamotte créé en 1760, maintenant les bureaux des 2 maisons

Le champagne Salon dispose de 10 hectares de vignes (5ha en propre et 5ha en achat de raisin) historiquement sélectionnées par son fondateur Eugène-Aimé Salon pour leur situation sur le grand cru du Mesnil-sur-Oger et toutes à mi-coteaux (meilleur emplacement pour la vigne, en Bourgogne cet emplacement correspond au grand cru).
J’ai débuté la visite par le Jardin Salon qui est une parcelle d’1 hectare attenante à la maison Salon. Depuis l’origine de la maison, ceux sont les mêmes parcelles qui constituent le champagne Salon excepté l’ancien Clos Tarin qui a été acheté par la maison Krug en 1973 rebaptisée depuis Clos du Mesnil.

Jardin Salon dernière la maison, parcelle grand cru du Mesnil-sur-Oger
Jardin Salon dernière la maison, parcelle grand cru du Mesnil-sur-Oger

Depuis 1905, Eugène-Aimé Salon a voulu faire un champagne d’exception dans un premier temps pour sa consommation personnelle, et est allé à contre-courant du succès qu’a eu le Champagne grâce à son art de l’assemblage de crus, de cépages et de millésimes. Mr Salon a voulu faire un champagne issu d’un seul cru : le grand cru du Mesnil-sur-Oger, un seul cépage : le chardonnay et une seule année, et que dans les grands millésimes.
Maintenant encore, chez Salon, c’est la même philosophie. Depuis le premier millésime 1905, sur le 20ème siècle, il n’y a eu que 37 millésimes produits. Quand le millésime ne permet pas de produire Salon, les jus alimentent le champagne Delamotte blanc de blancs.

Champagne Salon : tous les millésimes depuis 1905
Champagne Salon : tous les millésimes depuis 1905

Au total ce sont 39 millésimes de champagne Salon sont produits avec 2002 et 2004 et choses rares, il va y avoir 3 millésimes Salon qui vont se succéder avec 2006, 2007 et 2008.
J’ai été surpris que 2005 ne soit pas millésimé chez Salon car tous les vignerons et maisons de Champagne ont millésimés l’année 2005. Néanmoins, Salon a comme objectif d’utiliser l’acidité dans les vins (et le cru du Mesnil-sur-Oger n’y est pas étranger) pour les emmener très longtemps dans le temps. Etant donné que 2005 a été un millésime très solaire, peut-être a-t-il manqué d’acidité pour le produire chez Salon.

Le champagne Salon dispose de 2 caves, le première est plus jeune et destinée au vieillissement des millésimes jeunes, j’ai d’ailleurs pu voir une partie de la production du 2006 conservée couchée sur latte avec des conditions optimales 12°C constants car elle est située sous les vignes (peut-être sous le Jardin Salon mais je n’ai pas demandé).

Champagne Salon : cave de vieillissement des millésimes plus jeunes
Champagne Salon : cave de vieillissement des millésimes plus jeunes

Et la deuxième cave située en sous-sol (en basse cave). Elle est la cave historique des champagnes Salon et conserve des millésimes plus anciens généralement sur pointe (goulot en bas avec le dépôt) et l’oenothèque de la maison dont les 2 dernières bouteilles du mythique légendaire 1928.

Champagne Salon : entrée de la cave historique
Champagne Salon : entrée de la cave historique
Champagne Salon : oenothèque 1928
Champagne Salon : oenothèque 1928
Champagne Salon : oenothèque 1943
Champagne Salon : oenothèque 1943
Champagne Salon : oenothèque 1964
Champagne Salon : oenothèque 1964
Champagne Salon : oenothèque 1983, mon année de naissance ;-)
Champagne Salon : oenothèque 1983, mon année de naissance 😉

Je remonte ensuite dans une très jolie salle flambant neuve qui est destinée aux dégustations. Et nous entamons la découverte de la gamme des champagnes Delamotte et Salon.

Dégustation de la gamme des champagnes Delamotte et Salon
Dégustation de la gamme des champagnes Delamotte et Salon

Le cuvées qui m’ont marqué et que j’ai tout particulièrement aimé, sont le champagne Delamotte rosé, qui est une co-macération de 80% de Pinot Noir et 20% de Chardonnay (3ans de garde et dosage à 8g/L). Ce qui donne un champagne fin, tranchant et fruité, une co-macération est assez rare en champagne rosé.
J’ai ensuite aimé le champagne Delamotte blanc de blancs, c’est le vrai emblême de la maison de champagne Delamotte car c’est un 100% Chardonnay grand cru de la côte des blancs et que les 2 maisons Salon et Delamotte sont réputées pour travailler le Chardonnay. Ce sont tout de même 190.000 bouteilles produits annuellement (sur 800.000 au total pour Delamotte). Le dosage est de 7g/L et les bouteilles vieillissement 4ans avant d’être commercialisées. Cette cuvée révèle une extrême finesse et un joli côté tranchant, très apéritif ou ira très bien avec tout ce qui est crustacé/fruits de mer. J’ai eu la possibilité de le goûter sur des lots précédents et je le trouvais plus rond, le style s’est afiné.
Je vais cité le Champagne Salon 2004 que j’ai trouvé beaucoup trop fermé, même après avoir attendu plusieurs minutes avec le verre dans mes mains pour gagner quelques degrés (pour mieux le goûter). Et même aussi à la fin de la dégustation afin de voir s’il s’était ouvert, mais trop fermé encore. Je ne suis pas conviancu du potentiel de garde annoncé mais je ne suis pas un expert de cette maison et de ces grands vins.
Par contre, le Champagne Salon 1997 est magnifique, il s’arrondit en bouche, il commence à être bien évolué mais est toujours sur le registre tranchant et minéral apporté par le terroir du Mesnil-sur-Oger. Son côté droit lui donne encore pas mal d’années de conservation mais il est déjà extrêment plaisant tout de suite. A une nuance prête, cette bouteille avait été dégorgée en 2010 donc le côté rond est certainement dû au contact liège pendant 6ans. A regoûter sur des bouteilles récemment dégorgées, peut-être l’impact du liège serait moins marqué…
Et Delamotte blanc de blancs cuvée collection 1999, on part sur une bouteille prête à boire, les arômes d’évolution oxydatifs commencent à se faire sentir mais la tension du terroir de la côte des blancs est toujours là pour équilibrer entre fraicheur et oxydation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *